Déblayer la pente recouverte d’éboulis

Le chantier du haut-fourneau école

il a fallu déblayer la pente recouverte d’éboulis. Des mineurs maliens et burkinabés sans travail sont venus proposer leur aide. Au bout de plusieurs jours ils avaient dégagé les cailloux et graté la terre jusqu’à obtenir une plate forme presque prête à soutenir le hf. Le midi, Sankara et ses amis nous racontaient le travail à la mine (le doura). Les dangers de descendre plusieurs dizaines de mètres dans un trou en se tenant à une corde, ne pas tomber, creuser la roche pendant 8 heures, prier pour que la galerie ne s’effondre pas à cause de la pluie et des fragiles soutènements, et espérer quelques grammes d’or à échanger contre des francs cfa. Mais avec le coronavirus les « douras » sénégalais sont officiellement fermés, ainsi que la frontière guinéenne.

2 réflexions au sujet de « Déblayer la pente recouverte d’éboulis »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s