La corde et le bambou

⛏️Le chantier du haut-fourneau école ⛏️

Le haut-fourneau aura une forme de tour ronde. C’est pourquoi Souleymane a installé une corde lestée au bout d’un long bambou en appui sur le haut d’un arbre et le bord de la falaise. Cette corde sera le fil a plomb au centre du four. C’est autour de ce fil que l’on montera des pierres et des briques. La corde est jalonnée de points de repères afin de mesurer la hauteur. En bas de cette corde un bambou de 8 mètres est attaché par son milieu. Quand on le fait tourner, il fait office de compas et trace le cercle dans lequel s’inscrit la plate-forme qu’il faut creuser. Ensuite, d’autres bambous permettront de contrôler le rayon du four, variable selon la hauteur.

Le transport des pierres

Bonjour, nous revoilà pour donner quelques nouvelles.
Les fondations du haut-fourneau sont terminées (stabilité et solidité du sol, drainage, passage d’air pour refroidir). Il faut maintenant monter les murs. Souleymane et des villageois vont chercher des pierres aux alentours. Pour le transport nous avons tout ce qu’il faut. Un fourgon, un brancard (2 bambous et 2 sangles) et un traîneau (une plaque en fer, 2 mousquetons, une corde).

🌡️Déterminer les roches les plus réfractaires 🔥

Les roches servant à la construction du haut-fourneau doivent être les plus réfractaires possibles. Celles en contact avec le minerai en fusion ne doivent évidemment pas fondre.

Souleymane identifie et classe les différents minéraux récoltés.

Avec les sables et argiles, il modèle des cylindres aux dimensions identiques.

Un soudeur de Kédougou fait fondre les différents cylindres pendant qu’on chronomètre, afin de déterminer quelle roche résiste le mieux à la chaleur.

Le triangle de l’architecte

⛏️Chantier du haut-fourneau école ⛏️

Afin de vérifier l’horizontalité de la plate-forme Souleymane a utilisé son triangle rectangle de bambous. Souvenez-vous, celui qui a déjà servi pour la route. Comme il est aussi isocèle, il a suffit d’ajouter un fil à plomb qui part de l’angle droit. Lorsque le plomb (ici, un disque métallique) montre le milieu de l’hypoténuse, on sait que celle-ci est à l’horizontale. Elle devient un niveau. Ce triangle, qui était une règle, et une équerre est en plus, un fil à plomb et un niveau.

💡De l’idée de cultiver l’artémisia 👌

🌱LA PÉPINIÈRE 🌿

L’idée originale de cultiver de l’artémisia en Afrique, plus précisément en zone impaludée a été connue lors d’une réunion de prise de décision anarchique (sans chef) organisée par Souleymane en août 2018, dont l’objectif était de présenter l’idée la plus rentable en vie. L’idée gagnante présentée par une participante était de cultiver entre autres, de l’artémisia en Afrique et constituer une banque de graines. Elle a donc eu un budget pour mettre en œuvre le projet. Malheureusement les tentatives pour transmettre les graines aux cultivateurs locaux et ensuite pour cultiver avaient échoué. Nous sommes donc très heureux d’avoir pu faire grandir et cultiver ici cette idée qui a germé au nom de la vie. 

⚡Le test de fondant ⚡

Le fondant, qu’est-ce que c’est ❓

➡️Pour obtenir du fer ou de la fonte il faut associer 3 composants dans le haut-fourneau. Le minerai de fer, le combustible, dans le haut-fourneau c’est le charbon, et enfin, le fondant. C’est le composant chimique qui, associé au deux autres permettra une fonte de qualité. Les trois fondants les plus répandus dans la nature sont l’alumine, la silice et le calcaire. Pour que ça marche, il faut pouvoir associer les trois fondants. Dans le minerai il y en a toujours un ou deux. La plupart du temps il faut ajouter du calcaire.


Pourquoi ce test ❓

➡️L’objet ce test était de déterminer la quantité de fondant nécessaire permettant d’extraire du minerai un maximum de fer mais aussi en un minimum de temps (du coup avec moins de charbon). Comme pour le test de minerai (voir post du 11 juin), Souleymane a utilisé l’arc électrique comme source de chaleur. Il a choisi de remplacer le calcaire pur par du ciment car sa composition (calcaire +un peu de silice et d’aluminium) est normalisée et on peut s’en procurer en plus grande quantité. 

Quelle conclusion ❓

➡️Le résultat des tests conclut qu’une proportion de 10% de fondant donne le meilleur résultat. Avec 10g de latérite réduite en poudre et 1g de ciment (plus un peu d’huile pour lier) on a obtenu une bille de 1,8g de fer pur soit 18%. Des tests préalables ont montré que dans les conditions d’un haut-fourneau on peut doubler ce pourcentage. On sait donc maintenant quelle quantité de fondant il faudra ajouter au minerai pour le faire fondre. Nous avons la recette, les ingrédients et les proportions. Il ne reste plus qu’à construire le four. 

Le minerai réduit en poudre
Le ciment
Le mélange minerai + ciment
Fonte du mélange grâce à l’arc électrique
Creuset de gauche : 20% de fondant, creuset du milieu : 10%, creuset de droite :5%.