Description de l’organisation

L’organisation mise en place pour gérer les richesses issues de la production de ce fer en est un exemple :

Autour de ce haut fourneau, des réunions sont tenues presque quotidiennement. Leur but est de prendre une décision sur le choix de l’action la plus rentable en vie. À la différence de la norme internationale « ISO 9000 », les décisions ne sont pas validées par une direction corrompue. Autres avantages, les salaires et dividendes astronomiques qui sont versés aux patrons et aux actionnaires dans un système capitaliste, sont ici distribués aux participants de ses réunions décisionnelles. Autant dire que l’on peut facilement doubler, tripler, démultiplier ses revenus en y participant. Mais attention, Anarchie ne veut pas dire absence de compétition, bien au contraire! Elle est simplement plus complexe car sa finalité n’est pas bêtement de maximiser « l’argent » ou “les biens “, c’est avant tout de maximiser la Vie ou le Bien. Pour gagner plus, il faut être le plus rentable en vie, choisir et mettre en œuvre ce qui apporte le plus de profits en temps de vie. C’est de faire le BIEN tel que défini sur la première page. Mais concrètement comment cela se passe-t-il ? En fonction du type de réunion, chaque participant propose :

Ou sa liste d’objets à produire,

Ou sa nouvelle répartition du budget,

Ou son idée d’amélioration.

Par exemple, supposons qu’aujourd’hui, le but de la réunion soit d’extraire la meilleure idée d’utilisation des bénéfices générés par le four.

Chaque personne doit venir avec en tête une idée d’amélioration.

Des petits groupes de trois, quatre, cinq ou six personnes sont faits.

À l’intérieur chaque personne a une minute pour exprimer son idée (c’est le premier tour de la compétition d’idées).

Quand ils ont tous exposé leur idée, une élection de la meilleure est réalisée par le petit groupe.

Ensuite, ce petit groupe tire au sort le rapporteur de l’idée élue.

S’il y a plus de huit rapporteurs, des groupes de trois, quatre, cinq ou six rapporteurs sont refaits ainsi que les étapes précédentes. Cela tant que le nombre de rapporteurs est supérieur à huit. (C’est le même principe que les poules des compétitions sportives comme celle de la coupe du monde de football)

Une fois que le nombre de rapporteurs est inférieur à neuf, ces finalistes élisent entre eux la meilleure idée. Une fois déterminée, elle est la décision du groupe ! (cf. schéma ci-après)

Si aucun veto n’est posé contre cette décision, j’en parlerai par la suite, l’idée est mise en oeuvre et la réalisation suivie comme le serait n’importe quel projet d’entreprise avec jalons, vérifications, bilan, estimation des bénéfices… Bien-sûr le responsable sera automatiquement celui ayant présenté l’idée au début. Il recevra un salaire et devra gérer le budget. Enfin, il recevra une prime et des intéressements sur les bénéfices. Des intéressements seront également reversés à tous ceux qui ont voté pour cette idée.

Mais même si vous n’avez pas participé à l’élection de cette idée (car pas dans la même poule), vous gagnez quand même de « l’argent », ce rien qu’en participant au processus de décision. Dès que vous émettez une idée vous recevez un peu « d’argent », et si votre idée est élue au premier tour vous recevez plus  » d’argent » et plus elle passe de tours de sélection, plus vous recevez « d’argent » ( c’est les primes de match, au football). Bien sûr, ceci à condition qu’il n’y ait eu aucun véto de validé contre votre idée, sujet hyper important dont je parlerai plus tard. Si tel est le cas, inutile de représenter cette idée lors d’une prochaine session de prise de décision. Car oui, vous pouvez représenter vos idées autant de fois que vous voulez. Vous pouvez également reprendre une idée précédemment émise par quelqu’un d’autre. Dans ce cas un système de rétribution  de l’émetteur initial, permet à celui-ci de toucher un pourcentage sur toutes les sommes perçues grâce à son idée.

Je rappelle que le suivi qualité est exactement le même que ceux dans l’industrie actuelle. C’est simplement la finalité et le processus décisionnel qui est totalement différent.

Synoptique A.S.O. (Anarchique Standard Organisation):

Comprenez que dans une organisation, comme dans une automobile, le plus important c’est les freins, ce n’est pas le moteur !

C’est super, super, super important même plus important que la démarche de décision en elle-même.

LE DROIT DE VETO INDIVIDUEL, c’est le point capital de cette organisation anarchique. Où toute personne peut poser un véto sur une idée émise par un autre participant ou sur une décision prise par un groupe. Pour que ce véto soit accepté, celle ou celui qui le pose doit prouver logiquement, scientifiquement et ou expérimentalement que cette idée ou décision est globalement non rentable en Vie. Si elle y arrive, elle récupère l’argent qui aurait dû être donné à l’émetteur de cette mauvaise idée et ce, quelle qu’en soit le tour de sélection. Dans le cas où cette mauvaise idée a été sélectionnée comme la meilleure par l’organisation, elle récupère tout l’argent du processus de décision jusqu’au premier tour de table plus tout « l’argent » du projet.  Par exemple si une association comme Greenpeace arrive à prouver que le projet de Total d’une nouvelle plateforme pétrolière est dangereux pour l’avenir de l’Humanité, dans ce système cette association récupère tout l’argent investi en recherche et développement ainsi que tout l’argent destiné à la fabrication de la nouvelle plateforme pétrolière.

Les sommes peuvent être considérables. Mais c’est une garantie indispensable, car un groupe doit faire très attention aux décisions qu’il prend sinon il perd tout. Il n’auront rien! Tout va à celui qui a prouvé leur tort. C’est l’argent du spécialiste, de l’expert, du chercheur, du lanceur d’alerte,…  De ce fonctionnement naissent des nouveaux puissants mais eux ils ne le deviennent pas aux détriments des autres humains. C’est du gagnant – gagnant garanti par des veto que tout le monde peut poser.

Humanistement, il ne peut y avoir de dérives surtout que ceux qui valident les veto sont complètement extérieurs au processus de décision et même extérieurs à la richesse produite. L’idéal étant qu’ils soient sur d’autres continents via internet car dans ce cas leurs intérêts personnels sont liés à la planète et à un veto Bien appliqué. Ils sont tirés au sort parmi un panel de scientifique humaniste et ne connaissent ni le nom des deux parties ni leurs localisations. Bien-sur, ceux qui valident les veto sont payés autant qu’ils disent oui ou non à un veto.

En résumé, c’est un jury populaire du peuple humanité comme il y en a dans les tribunaux sauf qu’il juge du Bien-fondé d’un veto.

Poursuivre les tests sur l’Anarchique Standard Organisation